RSS

Archives de Tag: grève étudiante

Pour les pas vites!

Pour les pas vites!

Pro-hausse : voici tes arguments : «dans la vie, y’a rien de gratuit, pour avoir des services, faut payer, c’est comme ça partout». Et si «partout» se trompait! Et si partout justement, tu remarqueras que tout ne va pas très bien, que des gens comme toi qui ont de belles valeurs de travail et d’acharnement côtoient tous les jours des gens pauvres de portefeuille comme de l’esprit en passant que c’est carrément de leur faute et sans avoir la moindre compassion. Et si justement, les choses gratuites rendent les gens heureux et moins misérables, alors que payer rend les gens avares, jaloux, possessifs et belliqueux. Et si les impôts que nous payons sont détournés dans des contrats de construction trop chers, sans appels d’offres réels et que ces profits faramineux reviennent dans les caisses d’un parti qui se maintient au pouvoir par la manipulation médiatique et une population aussi cynique que blasée par ce système pourri. Et si les écosystèmes essentiels à la vie des humains sont menacés directement par les compagnies capitalistes qui favorisent l’exploitation des ressources minières et combustibles fossiles, ces mêmes ressources à la base même du système économique, bancaire et financier. Et si les gouvernements du monde nous font croire en une richesse fictive, celle du capital, alors que comme moi tu sais que la vraie richesse provient du travail, qu’il soit intellectuel ou manuel, et ce dans tous les domaines, surtout les domaines durables. Alors serais-tu en mesure de souhaiter un changement social ou bien continuerais-tu à croire que tout va bien, ou bien que tous les problèmes se régleront d’eux-mêmes sans que personne ne mette des bâtons dans les roues d’une machine méprisante et machiavélique?

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 18 juin 2012 dans Grève étudiante

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Le libéralisme

Si t’es contre les grèves, t’es un libéral, si t’es un libéral, c’est que t’es corrompu.

Pas corrompu au sens où tu reçois et donnes des enveloppes brunes, mais corrompu dans tes valeurs qui sont «libérales» en opposition à «humanistes». Pour toi, ta méritocratie, c’est «botte-toi l’cul et travaille et tu réussiras», mais pour lui à qui on n’a jamais dit que l’éducation c’était important, à qui on a toujours dit qu’avoir de l’argent et des possessions c’est l’ultime moyen d’accès au bonheur et qu’il n’est pas capable d’en amasser des richesses, ni même de critiquer la répartition inégalitaire des ressources, la gratuité scolaire c’est son espoir, le sentiment d’impuissance, sa réalité!

De ce sentiment d’impuissance et d’inégalité systémique découle quoi selon vous : bingo, la criminalité! La criminalité c’est le manque de morale qui pousse des individus à obtenir ce qu’ils croient être le bonheur (argent, pouvoir, richesse) au détriment du civisme et de la liberté des autres. Qu’est-ce qu’on fait de ces individus? On les stigmatise, car ils nuisent aux intérêts libéraux, c’est-à-dire l’accumulation de capital via un système économique forcément inégalitaire, mais légalisé par notre manque de volonté et d’éducation.

Manque de volonté dis-je? Pas le manque de volonté de travailler honnêtement pour gagner sa vie, mais le manque de volonté de serrer les coudes quand vient le temps de dénoncer les injustices flagrantes au quotidien. Manque de volonté de dire «non» à la guerre, à la destruction de l’environnement et à l’endettement en ne faisant pas front commun. Pour une fois qu’une cause juste semble soulever l’opinion publique, ne vous laissez pas berner par les impératifs budgétaires, le progrès c’est la gratuité scolaire.

P.S. L’endettement ne devrait pas nous contraindre en tant que nation. Les seules vraies richesses sont la force de travail et la technologie (donc le savoir qui les développe). Une dette est contractée envers une banque qui fabrique une monnaie factice, une devise, à partir de rien du tout. Soyez-en conscient avant de piler sur vos vraies valeurs!

 
1 commentaire

Publié par le 24 mars 2012 dans Grève étudiante

 

Étiquettes : , , , , , ,

En passant

Je ne comprends pas les gens qui sont pour la hausse! N’oubliez pas que c’est une initiative libérale, et, à moins que je me trompe, le gouvernement libéral ne jouit d’aucune crédibilité et d’aucune confiance par les temps qui courent avec les histoires de corruptions, de commissions d’enquête, de gaz de schiste, etc.

En 3 mandats, Charest et sa bande on fait reculer le Québec de dix ans (et il avait déjà commencé à reculer avant). Avec Harper en prime au fédéral, on court par en arrière. Les grèves étudiantes sont à peu près les seuls évènements qui secouent un peu l’opinion publique et amènent les gens à s’exprimer. Tout le monde est touché par cette cause, parce que tout le monde a un étudiant dans sa famille ou parmi ses amis. Personne ne se lève quand on remarque que nos infrastructures s’écroulent, que la mafia et les compagnies de construction s’en mettent plein les poches avec l’argent de vous et moi, bon contribuables. Mais quand les étudiants se mettent en grève, des gens qui n’ont pas droit ni au chômage, ni au BS, qui travaillent probablement à 11$ de l’heure pendant 15 heures semaines et en arrachent pendant 6, 8 ou 10 ans pour enfin pouvoir à leur tour contribuer par leurs impôts à la formation de la jeunesse, on leur crache à la gueule.

Le discours néo-libéral a vraiment fait du progrès depuis quelques années, tous les programmes sociaux en arrachent, on veut privatiser la santé, les PPP, on nous parle de déficit, de baisses d’impôts et de taxes pour que vous puissiez jouir de quelques centaines de dollars de plus par année, alors que les inégalités croissent, que les corporations coupent des jobs aux bons Québécois pour faire travailler des Mexicains à bas salaires. Les gouvernements pendant ce temps financent les banques et les compagnies automobiles qui se mettent dans le trou en faisant de la spéculation à outrance, donc de l’argent avec rien du tout, aucune production de richesse.

Faut se rappeler également que l’argent n’est pas notre dieu, qu’il est tout comme l’économie au service des humains et que s’il est mal géré, ce n’est pas à nous de payer, il faut au contraire mettent ses culottes et réclamer une refonte des priorités budgétaires. On ne peut pas sacrifier une génération d’étudiants pour sauver le cul de Charest pi ses chums de la haute finance (haute crosse monumentale, un sapin gigantesque qu’on se fait passer). Faites juste penser un moment à qu’est-ce que le progrès, le BIEN, permettre au plus grand nombre de s’éduquer, peu importe sa classe sociale, ou bien faire payer et endetter une majorité de gens pour l’accès à un bien public… La gratuité scolaire, c’est le gros bon sens!

Alex Giroux

Sortie contre la hausse des frais de scolarité!

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 mars 2012 dans Grève étudiante

 

Étiquettes : , , , ,